Mexico, capitale du Mexique à découvrir lors de votre voyage

Mexico villeLa capitale du Mexique est une mégalopole dantesque avec plus de 22 millions d’habitants. Mexico est une destination à part entière, grâce à sa richesse culturelle, la diversité de son patrimoine, son métissage extraordinaire et sa créativité artistique. C’est la ville d’où émergent toutes les nouvelles tendances économiques, sociales, politiques et culturelles du pays. Ceux qui prendront le temps de l’explorer ne seront pas déçus, car la ville possède tous les atours nécessaires pour séduire. Cosmopolite, culturelle et historique, la capitale concentre toutes les richesses du Mexique.

Parlons de la sécurité à Mexico…

Autant régler dès le début votre préoccupation principale. Il est vrai que la capitale mexicaine a la réputation, souvent exagérée, d’être une ville dangereuse. Mais les autorités ont développé depuis ses dernières années une politique rigoureuse de lutte contre le crime. La police a été renforcée dans les zones fréquentées par les touristes, comme le centre historique, Avenue Paseo de la Reforma et Zona Rosa, de même que San Angel, Coyoacán et Xochimilco. La ville a également pris des mesures pour améliorer l’efficacité des forces de sécurité. Bien sûr, il faut rester vigilant et ne pas attirer l’attention avec des signes de richesses ostentatoires. Mais ces questions de sécurité ne doivent en aucun cas freiner votre envie de découvrir la cité.

Une capitale construite sur une fondation mythique

Selon la légende, la ville de Mexico aurait été fondée par les Aztèques à l’endroit où il y aurait un aigle juché sur un cactus et tenant dans son bec un serpent. Perchée sur un plateau à plateau à 2 250 mètres d’altitude, elle s’étend à perte de vue jusqu’aux contreforts des montagnes alentours, qui culminent à 5 000 mètres. Par temps clair, on peut apercevoir depuis le centre ville les deux volcans qui la dominent : l’Iztaccíhuatl et le Popocatepetl.

Les premières traces d’occupation remontent au Xe siècle avec les tribus chichimèques. Mais la ville a été officiellement fondée en 1325 par les Mexicas, plus connus sous le nom d’Aztèques. Baptisée Tenochtitlan, la capitale est à l’arrivée des Espagnols le centre d’un puissant empire commercial et militaire, qui s’étendait du Texas au Honduras actuels. Les Aztèques y avaient édifié de somptueux palais, des temples et des marchés, bref une immense cité où vivaient environ 200 000 personnes. Quand il la découvre, Hernan Cortes la compare à Venise à cause de ses nombreux canaux. Mais en dépit de son admiration, il n’hésita pas à la détruire en 1521 aidé d’un groupe de 400 Espagnols. Cet événement a précipité la perte du mythique empire Aztèque et lancé la colonisation de toute l’Amérique Latine.

Aujourd’hui, Mexico est une métropole qui s’étend sur 2000 km2. Une configuration qui pose pas mal de problèmes urbains. De très grands efforts ont été accomplis au cours de ces dernières années en ce qui concerne la pollution.  De nombreuses  mesures ont été prises qui permettent aujourd’hui d’admirer très souvent les volcans qui entourent la ville. Il faut prendre le temps de découvrir les nombreux trésors de la ville. Car Mexico est une métropole captivante, une mosaïque de vestiges précolombiens et coloniaux avec le tourbillon de la vie contemporaine. L’idéal est de découvrir la ville par secteurs. Son plan en damier permet de repérer facilement les 130 musées, 64 théâtres, 7 sites archéologiques et 11 parcs écologiques.

Le patrimoine millénaire de Mexico

Pour débuter sa visite, direction le Zócalo, ou la place principale de la ville, construite par les Espagnols sur les ruines des temples Aztèques. Le Zócalo est une gigantesque place, le cœur du centre historique, un secteur de 60 rues, déclaré patrimoine mondial de l’humanité. On y trouve le Palais National, construit sur l’emplacement de l’ancien palais de l’empereur Moctezuma. C’est aujourd’hui le siège du gouvernement, où l’on pourra admirer des fresques murales peintes par Diego Rivera, retraçant l’histoire mexicaine, depuis la naissance du dieu Quetzalcoatl (Serpent à Plumes) jusqu’à la Révolution.

Sur le côté nord-est du Zócalo, on trouve les vestiges du grand temple des Aztèques : le Templo Mayor. Découverts par hasard en 1978, ces vestiges ont permis de mieux comprendre la vie des Aztèques à Tenochtitlán. Une série de rampes et de passages permettent aux visiteurs d’apercevoir les restes de la principale pyramide utilisée pour les célébrations. Un excellent musée se trouve à côté, rassemblant plus de 3 000 objets, dont une énorme maquette reproduisant à l’échelle l’ancienne capitale aztèque.

L’immense cathédrale Métropolitaine donne également sur la place du Zócalo. Il fallut près de 250 ans pour édifier cette église, la plus grande d’Amérique Latine. Elle abrite de nombreux trésors de l’époque coloniale. L’église paroissiale attenante, El Sagrario, fut construite en 1749 et représente un excellent exemple du style “churrigueresque”, un style baroque venu d’Espagne, qui atteint un grand développement dans la Nouvelle Espagne (le Mexique) avec une très forte identité mexicaine .

A partir du Zócalo, d’autres édifices religieux sont à découvrir, comme la Iglesia de Jesús où repose le conquérant Hernán Cortés. Ses restes sont dans un caveau près de l’autel principal. Un pâté de maisons plus loin, dans la Calle Justo Serra, se trouve l’Antiguo Colegio de San Ildefonso . Situé dans un ancien collège jésuite datant de 1749, ce musée présente notamment des œuvres de muralistes mexicains du 20e siècle. Il présente d’excellentes expositions sur la culture du Mexique. Enfin au nord de Mexico, la Basilique de la Guadalupe est le sanctuaire religieux le plus visité au monde, après le Vatican. On raconte que la Vierge de la Guadalupe y serait apparue devant San Juan Diego, en haut de la colline du Tepeyac. Tous les ans, plus de 14 millions de pèlerins viennent du monde entier pour honorer le 12 décembre la sainte patronne du Mexique.

Si la capitale vous a convaincue comme étape incontournable, voici quelques indications sur quoi faire à Mexico.