Traitement fiscal du poker : le fisc peut-il s’inviter à table ? 

Traitement fiscal du poker

Traitement fiscal du poker, les gains tirés des tournois.

1. Le traitement fiscal du poker pour les gains tirés de la participation à des tournois ou parties suscite un vif intérêt de la part des joueurs.
A cela plusieurs raisons, dont notamment la traçabilité des gains sous forme de virement ou de chèque étranger en provenance des sites de poker en ligne. La publicité donnée tant par certains magazines que par les sites dédiés aux gains des joueurs,  la professionnalisation du jeu. Des amateurs de plus en plus nombreux décident de consacrer à cette activité une partie substantielle de leur temps. Certains vont jusqu’à se donner une période plus ou moins longue afin de jouer et de décider, en fonction de leur résultat, de cesser toute autre forme d’activité. Un est-il alors du traitement fiscal du poker ?

Article 92 du Code général des impôts.

2. La question du traitement fiscal du poker se pose dès lors que le gain est identifié. 
L’article 92 du Code général des impôts (CGI) assimile à des bénéfices non commerciaux (BNC) les profits provenant de : “toutes occupations, exploitations lucratives et sources de profit ne se rattachant pas à une autre catégorie de bénéfices ou de revenus”. Cet article “balai” a pour effet d’appréhender et de taxer dans la catégorie des BNC les revenus provenant des professions ou activités très diverses. Elles sont réglementées ou non (prostitués, voyantes, guérisseurs,…), ou qu’il s’agisse d’activités illicites. L’article vise également les profits occasionnels susceptibles de renouvellement.

Les gains perçus à l’occasion de jeux de hasard ne sont pas imposables.

3. L’administration fiscale considère que les gains perçus à l’occasion de jeux de hasard ne sont pas imposables. Pour l’administration, il s’agit de gains en capital qui, par nature, ne sont pas imposables en tant que revenus.
Par une décision remarquée du 21 mars 1980, le Conseil d’Etat a notamment estimé, au visa de l’article 92 du CGI. ” Sauf circonstances exceptionnelles, la pratique, même habituelle, de paris sur les courses de chevaux ne constitue pas une occupation lucrative ou une source de revenu au sens de ce texte, alors même que le montant des gains provenant de ces paris au cours d’une année serait supérieur au montant des bénéfices ou revenus imposables déclaré par le contribuables au titre de ladite année”.

La présence de l’aléa interdit ainsi de considérer les gains résultant de la pratique d’un jeu de hasard comme provenant d’une occupation lucrative. Ces gains ne sont pas imposables. La seule circonstance que le jeu constitue pour le contribuable une activité habituelle ou une source régulière ou importante de gains ne suffit donc pas à rendre ces derniers imposables. La source du “revenu” est, en principe, tout à fait aléatoire.

Les produits d’une occupation lucrative sont imposables.

4. Pour l’administration fiscale sont imposables au titre des BNC les gains réalisés lorsque l’aléa aux jeux de hasard peut être supprimé ou fortement atténué.
Autrement dit, si le contribuable est en mesure de réduire l’aléa et influencer le résultat par des activités ou diligences personnelles, les gains seraient regardés comme le produit d’une occupation lucrative, et à ce titre, imposables.

Dans une affaire dont a eu connaissance le Conseil d’Etat, le parieur était également propriétaire des chevaux . Il disposait à ce titre d’installation, de matériels ainsi que de personnel lui permettant d’assurer la préparation et l’entraînement des chevaux. Il pouvait prendre des initiatives et se livrer à des contrôles ou des démarches en vue de réduire l’aléa de la course.
Selon l’administration fiscale, un tel parieur est imposable. Il en est de même lorsqu’il est établi que le parieur a pesé de façon frauduleuse sur l’issue de la course.

La, jeu de hasard ?

5. Cette proposition  est contredite par de nombreux joueurs “professionnels”. La multiplication d’ouvrages et de méthodes d’apprentissages en est la preuve. Il est peu probable que les tribunaux considèrent que le joueur de poker puisse avoir des “activités” lui permettant de réduire l’aléa.  La “simple connaissance du jeu” n’est pas de nature à réduire l’aléa.
Si le joueur influence le déroulement du jeu par sa pratique, il n’influe pas sur le hasard proprement dit. On peut donc en déduire que les gains tirés du poker ne seraient pas imposables car résultant d’un jeu de hasard. Le joueur ne peut pas réellement influer…

Joueur professionnel ou amateur

6.  Décision significative du 12 juillet 1969 en matière de jeu de cartes.
Il s’agissait d’un gérant d’une société commerciale qui, durant trois ans, avait cessé toute exploitation. Son revenu provenait de son “activité” de joueur de bridge.
Annulant le redressement dont il avait fait l’objet, le Conseil d’Etat a considéré que : “ Les gains qu’il a réalisé en qualité d’amateur ne peuvent dans l’exercice de ce jeu être regardés comme constituant la rémunération d’une activité déployée en vue de réaliser un profit, ni comme ayant leur source dans une occupation ou exploitation lucrative au sens de l’article 92 du CGI”.

A l’inverse, il résulte de la doctrine administrative que les profits réalisés par un joueur de bridge professionnel entrent dans la catégorie des BNC. La question consiste à déterminer ce qui permet de considérer qu’un joueur bascule de la catégorie d’amateur à celle de professionnel. Afin de tracer cette ligne de démarcation, plusieurs critères seront vraisemblablement pris en compte par l’administration. On citera par exemple l’importance des sommes investies (le “bankroll”), la proportion du revenu tiré de cette activité, le temps consacré, la participation à des événements majeurs,  la notoriété.

Parallèle entre bridge et poker

7. Il n’est toutefois pas certain, en l’état, que cette décision soit transposable au joueur de poker.
A l’inverse du bridge, le poker est en effet analysé par la jurisprudence pénale comme un jeu de hasard au sens de la loi du 12 juillet 1983.
Dès lors, tenant compte des principes fiscaux ci-dessus examinés, à savoir :

  •  la pratique des jeux de hasard ne constitue pas, en tant que tel, une occupation lucrative ou une source de revenu au sens de l’article 92 du CGI susceptible d’entraîner une imposition ;
  •  pour les jeux n’étant pas de hasard, il y a lieu de distinguer la qualité d’amateur de celle de professionnel.
    Les joueurs de poker, dont la taxation des gains serait recherchée par l’administration fiscale et qui entendent contester cette imposition, devront s’attacher à démontrer que le poker est un jeu de hasard. Alors même que ces mêmes joueurs prêchent par ailleurs que le poker n’est précisément pas un jeu de hasard…

Conclusion

L’approche divergente entre le droit fiscal et le droit pénal pourrait ainsi susciter un vif conflit d’intérêt entre les joueurs professionnels et les organisateurs de parties ou de tournoi de poker. Il n’en demeure pas moins que si l’administration fiscale, afin d’entrer en voie d’imposition, se mettait à considérer que le poker n’est pas un jeu de hasard. Cette approche permettrait de contester l’application de la législation pénale qui puise précisément sa source dans le fait que le poker est considéré comme étant un jeu de hasard.
Si l’on résume le débat à sa plus simple expression, il s’agit de savoir si les joueurs préfèrent jouer librement ou gagner sans imposition. En poker comme en droit, il faut parfois faire des choix !

En conclusion, si le poker venait à ne plus être considéré comme un jeu de hasard, il appartiendrait alors au joueur d’établir qu’il ne le pratique pas à titre de professionnel mais simplement en qualité d’amateur, ce qui relève d’une appréciation au cas par cas.